Intervention de P. CHAMPOLLION,
Directeur-Adjoint de l'IUFM de l'académie de Grenoble
consultant de la"Fédération Française d'Economie Montagnarde"(F.F.E.M.).

Extraits issus du site de l'observatoire rural de l'IUFM de grenoble

http://www.grenoble.iufm.fr/rural/default.htm

La formation, un atout pour le développement du milieu rural montagnard état des lieux, problématique et enjeux (interaction école, développement local en milieu rural montagnard).


En préambule, je voudrais signaler que, si l'amorce d'analyse que je vais vous présenter concerne la montagne française, au sens administratif et réglementaire du terme (1), ses résultats peuvent, en tendance, se révéler de bons indicateurs de l'ensemble de la situation du monde rural isolé, selon la terminologie actuelle de l'INSEE, notamment. Les zones de montagne, dans nombre de départements ruraux des Alpes ou du massif central par exemple correspondent du reste dans ses grandes lignes au territoire rural. En Ardèche, par exemple, la zone montagne et zone rurale se recouvrent ainsi très fréquemment.
Avant d'entrer complètement dans le vif du sujet, il me faut encore faire litière d'un préjugé tenace, lié souvent à la modestie des montagnards et des ruraux en général, qui voudrait que les questions de formation, en montagne, se bornent au secteur du premier degré, de l'école maternelle et élémentaire donc. La formation professionnelle n'est en effet pas qu'un enjeu pour le développement économique des villes.
Les liens nécessaires entre formation et montagne, entre formations et montagnes plutôt, se situent de mon point de vue à trois niveaux principaux
Quelle présence de la formation en zone de montagne ?
Comment adapter la formation aux besoins de la montagne?
La montagne peut-elle devenir prestataire de formation pour son environnement proche et lointain ?

Présence de la formation en zone de montagne
Historiquement, la présence de la formation dans les montagnes françaises s'est d'abord cantonnée au premier degré. Et il est vrai que le maillage des écoles primaires est vital pour la montagne l'école fait partie des services indispensables minimaux en l'absence desquels le tissu social se déchire. Une école rurale montagnarde de qualité bien sûr qui, tout en prenant en compte les valeurs de la montagne (solidarité, ténacité, adaptabilité, etc.) comme ses contraintes (faible démographie, habitat dispersé, transports difficiles, etc.) , ne soit pas moins exigeante que son homologue urbaine l'égalité des chances entre ruraux montagnards et citadins est à ce prix, comme le maintien sur place, y compris sous des formes adaptées au contexte local (regroupements pédagogiques intercantonaux, classes uniques, etc.) des enfants dont personne, en montagne, ne comprendrait qu'ils soient moins bien formés ici que là sous prétexte d'isolement culturel. Les derniers résultats des études conduites par la DEP sur la réussite scolaire des élèves scolarisés en classe unique (cf. Éducation et Formations n° 43/1995) montrent clairement qu'il n'y a pas de fatalité d'échec pour les élèves scolarisés en zone rurale.

Pour autant, les établissements du second degré, les collèges évidemment, pour qui toutes les remarques précédentes sur la qualité du tissu éducatif valent, mais aussi les lycées, ne doivent pas non plus déserter le terrain montagnard. Une enquête récente menée dans l'académie de Grenoble sur les collèges situés en zone de montagne a ainsi montré qu'à ce niveau également, sous réserve que les établissements soient de taille suffisant, le "rendement éducatif" des collèges de montagne n'était pas significativement différent de ceux des villes, ou bien ne l'était que très peu ; et qu'en tout cas, les résultats fluctuaient selon les départements (cf. L'Education Nationale en montagne quelques éléments de constat - Rectorat de l'académie de Grenoble/1991).

L'actuel maillage des lycées publics non agricoles, très lâche, pourrait donc se densifier utilement par l'implantation judicieuse de quelques établissements de proximité, dotés d'une palette d'options suffisante pour ne pas être contournés par les populations à qui ils sont directement destinés, à l'instar de ce qui a commencé à se faire dans la région Rhône-Alpes par exemple. Ceux-ci facilitent en effet le maintien sur place de parents qui n'ont plus forcément besoin, dans ce cas de figure, pour éviter d'envoyer trop loin leurs enfants poursuivre des études secondaires, générales tout du moins, de quitter la montagne. Ces lycées sont de plus susceptibles, en dehors de leur fonction scolaire de base, de prendre une part importante toujours, déterminante parfois, dans la construction de pôles de développement locaux parleurs capacités scientifiques et technologiques (formation continue des salariés, centre de ressources, etc.). Ils peuvent enfin servir de relais local pour le télé-enseignement.

 MENU

HISTORIQUE

PRESENTATION

ACTIONS

STATUTS

AGENDA